Imprimer les messages du sujet "En direct du club...."


Imprimer cette page Fermer cette fenêtre

Posté le 23/06/2019 à 15h37 par antoine

dooome a écrit :

Je ne suis pas sûr qu'il soit "Anti CSBJ", mais je le pense floué et surtout aigri de s'être fait avoir par l'ancienne direction. Il est une victime collatérale d'une gestion hasardeuse...

qu'il se sente floué ne veut pas dire qu'il l'a été !! tout son article il le passe a se poser en victime alors qu'a l'époque, sans la moindre expérience d'entraîneur il s'était refiler un contrat de 5 ans et très bien payé par son pote président de l'époque ! et dans le second article il a pratiquement traité gueydan de voleur !! faut remettre les pieds sur terre là ! il a ETE DEBOUTE !!! donc les tribunaux ont jugé que personne ne lui doit rien actuellement et que même au contraire ce serait lui qui prétendrait a de l'argent qui ne lui revient pas car il a été condamné aux dépends (parrait il) ! donc si il y a un malhonnête là dedans c'est surement pas la direction du csbj actuelle, et maintenant pour rebondir ben se sera un petit peu plus difficile que s'il s'était abstenu de s'en prendre a l'assoce actuelle car il a surtout gagné une réputation d'opportuniste !

c'est bien ça ou j'ai pas compris ce que veut dire une décision de justice ?

Posté le 23/06/2019 à 15h38 par Dany07

A défaut de mieux, merci à Camille Levast d'avoir tenté de s'expliquer via le dauphine libéré du 23/06/2019.
Dans ses explications Levast, a sans doute volontairement oublié, des éléments qu'il aurait pu développer et notamment pour ce qui concerne le contrat de départ qu'il a signé avec le CSBJ.
Etait-ce un contrat entre le CSBJ et la société Levast prestataire de services ou un contrat de travail entre le CSBJ et la personne physique Levast.
Tout porte à croire, que c'est probablement pour des raisons fiscales, le contrat de départ était un contrat de prestataire de services entre la SARL Levast et le CSBJ. Je suppose qu'ainsi Levast était moins atteint au plan fiscal alors qu'avec un gros salaire il aurait payé un gros impôt sur le revenu.
Ce n'est que suite à la liquidation judiciaire de la SAS que Levast a changé son fusil d'épaule en demandant à être considéré, non plus comme un prestataire de service mais comme un salarié. Ce changement se comprend tout à fait puisque nous savons tous que dans la liste des créanciers établie suite à liquidation judiciaire, il vaut mieux être salarié et bénéficier ainsi de la protection faite aux salariés, plutôt qu'un prestataire de service perdu dans la masse des créanciers qui n'ont rien à espérer dans le dénouement de la liquidation.
La démarche judiciaire entamée par Levast pour être reconnu comme salarié a échoué en première instance puis en appel. Sans doute parce que le contrat de prestataire de service est une pièce qui figure au dossier et qu'il est maintenant difficile d'en nier l'existence et que sa ré-interprétation en contrat de travail est impossible à réaliser.
Jusque là, aucun reproche n'est à faire à Levast il a tenté ce faire qu'il a pu pour figurer parmi les salariés, il a perdu et il devrait en rester là.

Où sa démarche devient tout à fait contestable, c'est lorsqu'il tente de faire assumer à l'Association le paiement d'une créance qui incombait à la SASP liquidée. Il est le seul créancier de la SASP à tenter cette démarche, les autres s'abstiennent en sachant très bien que la procédure de liquidation a eu lieu, qu'il fallait s'inscrire pour espérer un paiement total ou partiel ou rien du tout.
Il est visiblement de mauvaise foi en produisant des explications le 22/06/2019 sans jamais parler de la liquidation judiciaire, comme si elle n'avait pas eu lieu.
Quant à dire que l'Association aurait du provisionner la somme nécessaire pour éventuellement le payer, on se demande bien qui a pu lui mettre cette idée dans la tête. Pourquoi donc l'Association aurait du constituer des provisions en accord avec les dettes de la SASP liquidée ? S'il en était ainsi, ce serait nier l'utilité principale d'une liquidation judiciaire qui est précisément de mettre fin à des dettes, rappelons qu'à la fin d'une liquidation toutes les dettes sont éteintes.

Posté le 23/06/2019 à 20h35 par faceu

Que Levast en veuille à la sasp et à son président afner je le comprends.
Mais en vouloir à l association et à son président c'est de la malhonnêteté.
Qu il porte plainte contre afner et son équipe de mafieu, mais qu il laisse l association tranquille surtout qu elle n a rien avoir avec cette histoire.

Posté le 23/06/2019 à 20h45 par romain

Je me procure demain le jugement exact et vous en fais l'analyse , car à mon avis oui il est débouté envers l'association mais l'affaire n'est pas fini, il faudra lire entre les lignes.
Par contre que la direction actuelle n'ai pas par coutoisie eu une discussion avec Levast pour lui faire comprendre que l'association n'était en rien dans sa mise à l'écart de la Sasp, ce n'est pas malin .
Car dans le procès Association contre X Y Z qui va s'ouvrir, si levast est appelé à témoigner, à mon avis il va déballer, car dans l'article du dauphiné il parle de primes payés aux joueurs.
Et qui sera dans la merde. ..Le président de l'association, même si ce n'est lui en personne le responsable.

Posté le 24/06/2019 à 08h46 par antoine

romain a écrit : Je me procure demain le jugement exact et vous en fais l'analyse , car à mon avis oui il est débouté envers l'association mais l'affaire n'est pas fini, il faudra lire entre les lignes.

heuuuuu si t'a une combine pour se procurer des jugements je suis preneur , ( je dirais même je t'achète l'info en privé ) car en général c'est plutôt confidentiel comme truc

Posté le 24/06/2019 à 09h56 par ed38

romain a écrit : Je me procure demain le jugement exact et vous en fais l'analyse , car à mon avis oui il est débouté envers l'association mais l'affaire n'est pas fini, il faudra lire entre les lignes.
Par contre que la direction actuelle n'ai pas par coutoisie eu une discussion avec Levast pour lui faire comprendre que l'association n'était en rien dans sa mise à l'écart de la Sasp, ce n'est pas malin .
Car dans le procès Association contre X Y Z qui va s'ouvrir, si levast est appelé à témoigner, à mon avis il va déballer, car dans l'article du dauphiné il parle de primes payés aux joueurs.
Et qui sera dans la merde. ..Le président de l'association, même si ce n'est lui en personne le responsable.

Romain, M Levast a un avocat , il y a eu un jugement, Il serait plus sain de garder pour toi tes supputations et tes insinuations . «  il va déballer » «  et qui sera ds la merde » dis-tu? . C’est quoi ces propos ? Des menaces ?
Il faut être sérieux ! « Manque de courtoisie du club ? » Qui a attaqué qui ds cette affaire ? Qui menace ? Qui est responsable de ses embrouilles ? Qui a réclamé une somme astronomique à l’assoce?
Et il s’en prend avec virulence au Pt actuel de l’assoce , en plus ds une tribune sans contradiction et sans recul alors qu’il vient d’être débouté ? Et ose parler d’honnêteté ?
Dans quel monde on vit !

ed

Posté le 24/06/2019 à 10h14 par Bedeau38

Salut Romain
Tu es sans aucun doute bien informé et bien placé (pour avoir accès au dossier) mais, ayant moi même mis l'article en ligne et l'ayant plusieurs fois lu, je n'ai pa trouvé de lien avec quelconque prime.
Merci d'éclairer ma lanterne

Tu ne dois pas juger mes choix si tu ne connais pas mes raisons

Posté le 24/06/2019 à 11h58 par romain

Bonjour
Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit.
Je travaille avec des avocats qui ont accès aux jugements mais pas au dossier bien évidemment.
Celui ci sera disponible prochainement.

Posté le 24/06/2019 à 12h28 par Dany07

Bonjour ,

Pour ce qui concernerait un éventuel procès Assoce contre X, Y, Z, je crois qu'il sera toujours temps d'en parler le plus tard possible, et en souhaitant aussi que nous n'ayons jamais à en parler, c'est à dire en laissant ce genre de nouvelle au rang d'une insinuation très mal venue.

Par contre, merci à romain de tout faire pour se procurer le jugement dont il nous parle.

Posté le 24/06/2019 à 13h36 par Burno

romain a écrit : Bonjour
Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit.
Je travaille avec des avocats qui ont accès aux jugements mais pas au dossier bien évidemment.
Celui ci sera disponible prochainement.

Pas très malin !

La tête dans le ciel du grenat dans le coeur

Posté le 24/06/2019 à 13h39 par dooome

antoine a écrit :
romain a écrit : Je me procure demain le jugement exact et vous en fais l'analyse , car à mon avis oui il est débouté envers l'association mais l'affaire n'est pas fini, il faudra lire entre les lignes.

heuuuuu si t'a une combine pour se procurer des jugements je suis preneur , ( je dirais même je t'achète l'info en privé ) car en général c'est plutôt confidentiel comme truc

C'est tellement confidentiel que c'est le genre de chose que l'on ne saurait retrouver sur un forum... Je dis ça je dis rien
On peut avoir un avis sur la question, ça peut même déchaîner les passions ce procès. Mais cela reste un procès, une procédure judiciaire. Je n'ai rien contre le fait que vous en parliez, mais attention à ne pas divulguer publiquement des éléments qui ne devraient pas se trouver sur un forum de rugby. C'était ma minute "modo"...

L'humilité est l'antichambre de toutes les perfections...

Posté le 24/06/2019 à 14h10 par daniel

Dooome a raison, attention de rester dans la légalité, et aussi pas d insulte.
On est surveillés et certains n'hésiteraient pas a nous faire des soucis

Posté le 24/06/2019 à 14h50 par 15grenouillards

Dany07 a écrit : A défaut de mieux, merci à Camille Levast d'avoir tenté de s'expliquer via le dauphine libéré du 23/06/2019.
Dans ses explications Levast, a sans doute volontairement oublié, des éléments qu'il aurait pu développer et notamment pour ce qui concerne le contrat de départ qu'il a signé avec le CSBJ.
Etait-ce un contrat entre le CSBJ et la société Levast prestataire de services ou un contrat de travail entre le CSBJ et la personne physique Levast.
Tout porte à croire, que c'est probablement pour des raisons fiscales, le contrat de départ était un contrat de prestataire de services entre la SARL Levast et le CSBJ. Je suppose qu'ainsi Levast était moins atteint au plan fiscal alors qu'avec un gros salaire il aurait payé un gros impôt sur le revenu.
Ce n'est que suite à la liquidation judiciaire de la SAS que Levast a changé son fusil d'épaule en demandant à être considéré, non plus comme un prestataire de service mais comme un salarié. Ce changement se comprend tout à fait puisque nous savons tous que dans la liste des créanciers établie suite à liquidation judiciaire, il vaut mieux être salarié et bénéficier ainsi de la protection faite aux salariés, plutôt qu'un prestataire de service perdu dans la masse des créanciers qui n'ont rien à espérer dans le dénouement de la liquidation.
La démarche judiciaire entamée par Levast pour être reconnu comme salarié a échoué en première instance puis en appel. Sans doute parce que le contrat de prestataire de service est une pièce qui figure au dossier et qu'il est maintenant difficile d'en nier l'existence et que sa ré-interprétation en contrat de travail est impossible à réaliser.
Jusque là, aucun reproche n'est à faire à Levast il a tenté ce faire qu'il a pu pour figurer parmi les salariés, il a perdu et il devrait en rester là.

Où sa démarche devient tout à fait contestable, c'est lorsqu'il tente de faire assumer à l'Association le paiement d'une créance qui incombait à la SASP liquidée. Il est le seul créancier de la SASP à tenter cette démarche, les autres s'abstiennent en sachant très bien que la procédure de liquidation a eu lieu, qu'il fallait s'inscrire pour espérer un paiement total ou partiel ou rien du tout.
Il est visiblement de mauvaise foi en produisant des explications le 22/06/2019 sans jamais parler de la liquidation judiciaire, comme si elle n'avait pas eu lieu.
Quant à dire que l'Association aurait du provisionner la somme nécessaire pour éventuellement le payer, on se demande bien qui a pu lui mettre cette idée dans la tête. Pourquoi donc l'Association aurait du constituer des provisions en accord avec les dettes de la SASP liquidée ? S'il en était ainsi, ce serait nier l'utilité principale d'une liquidation judiciaire qui est précisément de mettre fin à des dettes, rappelons qu'à la fin d'une liquidation toutes les dettes sont éteintes.

On en a parlé abondamment ici, et même notre président en parle dans le daubé, expliquant qu'il n'avait pas pu le faire et que nous serions relégués à coup sûr si le jugement avait été en notre défaveur...

A 31 km du point culminant de l'Isère (pic Lory 4087m)

Posté le 24/06/2019 à 15h15 par Dany07

Pour ce qui concerne le contenu d'un jugement, il ne s'agit en aucun cas d'un document confidentiel.
Sauf pour quelques affaires jugées à huis clos, notre justice donne d'ailleurs lieu à des audiences publiques.
Pour obtenir la copie d'un jugement iil faut s’adresser directement au secrétariat-greffe de la juridiction qui a rendu la décision.

Posté le 24/06/2019 à 16h08 par dooome

Dany07 a écrit : Pour ce qui concerne le contenu d'un jugement, il ne s'agit en aucun cas d'un document confidentiel.
Sauf pour quelques affaires jugées à huis clos, notre justice donne d'ailleurs lieu à des audiences publiques.
Pour obtenir la copie d'un jugement iil faut s’adresser directement au secrétariat-greffe de la juridiction qui a rendu la décision.

Tu dis vrai donc... je laisse tout à chacun demander au greffe du tribunal la copie d'un jugement. Je persiste à penser cependant que :

1/ La majorité d'entre nous n'est pas juriste ni à même de commenter de façon approfondie et argumentée une décision de justice. Et qu'un attendu de jugement ne trouve pas forcément sa place sur un forum de supporters. Levast a tenté une action en justice, il a perdu en 1ère instance, il a perdu en appel, il a 2 semaines pour se pourvoir en cassation. Point barre.

2/ On peut avoir un avis sur l'affaire, sur Levast, sur l'ancienne direction, on peut exprimer ses opinions. Attention, comme l'a rappelé Daniel, à bien choisir vos mots, à ne pas être injurieux ni déplacé. C'est une affaire qui concerne Levast, la SASP et qui a trait au CSBJ. Inutile d' amplifier/déformer/surenchérir sur une affaire de justice.

On modèrera ce qui nous semble déplacé.

L'humilité est l'antichambre de toutes les perfections...